Entre protection de l’environnement et économies

Au CeBIT, à Hanovre, le message était clair : aux salariés, à l’échelle individuelle, la conscience environnementale sincère ; aux entreprises, au niveau du management, la préoccupation économique. Dell vient d’en faire la démonstration : le constructeur informatique vient d’annoncer avoir économisé quelques 3 M$ en 5 mois d’application de mesures d’économie d’énergie, aux Etats-Unis [GB]. Ce niveau d’économie aurait été atteint en changeant les sources lumineuses de ses bureaux, en mettant à niveau ses équipements de VMC, en ajustant la température intérieure et en éteignant les ordinateurs lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

Mais le constructeur ne prévoit pas de retirer l’essentiel des bénéfices de ses mesures d’économie d’énergie avant trois ans, avec des projets à long terme concernant notamment ses centres de calcul. Ceux-ci concentrent à eux seuls quelques 20 % de la consommation électrique de Dell. Accessoirement, Dell précise acheter aujourd’hui quelques 116 millions de kWh d’électricité renouvelable, contre 12 millions de kWh en 2004.

Plus loin, l’organisme de promotion de la maîtrise de l’énergie britannique Carbon Trust [sort d’Ademe du Royaume-Uni, NDLR], estime que, globalement, l’industrie pourrait, outre-Manche, économiser 7 M£ par jour en renforcement l’efficacité énergétique des infrastructures qu’elle utilise [CP]. Quelques 2,5 M£/jour pourraient être économiser dans les 12 prochains mois si l’industrie mettait en œuvre quelques mesures simples d’économie d’énergie : éteindre les lumières dans les pièces vides ; assurer la propreté des équipements ; éteindre les distributeurs automatique de boisson ; penser à éteindre les ordinateurs et à utiliser leurs fonctions d’économie d’énergie ; etc. Et Carbon Trust d’afficher un chiffre impressionnant : 2,5 M£/jour, c’est 13 % de la facture énergétique des entreprises du Royaume-Uni.

Tagged , , , ,