Tag Archives: ipod

iPad : déjà des erreurs ?

iWorks, sur l'iPad

Apple a-t-il fait quelques oublis cruels – sinon préjudiciables – avec son iPad ? Peut-être. Tout d’abord, l’objet est-il mono ou multi-utilisateurs ? – supporte-t-il un système de comptes comme les Mac ? La question peut paraître incongrue mais, pour un appareil susceptible d’avoir un usage familial, elle est loin d’être anodine ? Papa et maman pourront-ils relever leur e-mail professionnel sur l’iPad de la main sans craindre que leur progéniture n’efface par erreur, du serveur IMAP, ce courriel crucial du patron qui, s’il ne reçoit pas de réponse, entraînera des conséquences douloureuses pour la famille (et ses ressources financières) ?

iTunes et iPad, vu par Apple

De manière plus légère, cet iPad doit pouvoir se « synchroniser » avec un Mac et son iTunes. Mais pourra-t-il jouer les Apple TV nomade ? A savoir se connecter, en WiFi, à une bibliothèque iTunes partagée pour profiter de ses musiques et de ses vidéos – genre « pas pensé à synchronisé, mais j’ai bien envie de me faire cette émission, enregistrée hier soir dans iTunes, sur l’iMac, avant de dormir » ? Même chose d’ailleurs pour les photos : synchro only ou accès distant à une photothèque partagée, aussi ?

Et puis, il y a iWorks. Un iWorks qui, dans sa version Mac, dispose d’une télécommande pour iPhone et iPod Touch. Ma question, là, c’est : je suis prof, j’emmène mon iPad à l’école ; je le branche au câble vidéo du projecteur… est-ce que je peux télécommander ma présentation avec cet iPhone qui s’ennuie dans ma poche ?

Tagged , , , , , , , , ,

iPad : Ooooppsss ! I killed the MacBook Air, and also Maemo, and perhaps Android, and Kindle, and also… netbooks ? (Apologies Archos)

Ok, ce soir, j’ai sorti ma grosse louche. La plus grosse de la cuisine en fait. Mais, sérieusement, Apple ne vient-il pas de décocher ce que nos amis anglophones appelleraient un « silver bullet » ? – balle d’argent, le truc indispensable pour éliminer un vampire.

Extrait de la pub Apple.

Je suis tenté de penser que… oui. En fait, l’appareil se contenterait de pouvoir surfer sur le Web ou lire des pages HTML (genre eBook) stockées en cache que ce serait déjà un hit. Pourquoi ? Peut-être tout simplement parce que, contrairement à ses wannabe-concurrents, il ressemble à quelque chose. Et en la matière, Apple en connaît un rayon : non seulement il faut au produit des fonctions, mais il faut que le produit soit un produit, bref, qu’il ait de la gueule, une présence, qu’il parle à son acheteur en devenir et qu’il lui donne le sentiment d’être quelqu’un. Et tant pis si l’acheteur en est encore aux Rolex – sur un plan purement esthétique s’entend. Bref, l’iPad a une tronche, c’est déjà un produit, tandis que ses concurrents immédiats ne sont que des appareils.

Ça, c’est pour l’aspect empathie avec l’objet. Le reste, d’une certaine façon, n’est que fonctionnel. Mais peut-être est-ce déjà trop. Parce que, que fait-on avec un netbook, par exemple ? Surfer sur le Web, chatter, faire ses comptes, échanger des e-mails ? Confortablement, c’est à peu près tout. Les Moblin et autres Ubuntu – pour ne citer qu’eux – l’on bien compris, avec leurs interfaces taillées pour des usages multimédia… de consultation, pour l’essentiel. Las, pour eux, le créneau Windows 7 – modérément adapté à la chose, quoiqu’en pense HP – vient peut-être de se refermer. De fait, la question est clairement posée : alors que l’iPad sera proposé fin mars à partir de 500 $ (400 € ? – on peut espérer…), où les acheteurs potentiels de netbooks orienteront-ils leur budget ? Souvenez-vous : d’après de nombreux analystes et constructeurs, le marché du netbook, c’était celui du second équipement – le client a déjà un ordinateur principal à la maison, par confort, il en veut un second.

Continue reading

Tagged , , , , , , , , , , , , , ,

Non, Apple n’abandonne pas les DRM

Phil Schiller annonce la fin des DRM sur la musique vendue via l'iTunes Store

Phil Schiller annonce la fin des DRM sur la musique vendue via l'iTunes Store

Ou pas complètement, en tout cas. Certes, la firme à la pomme a indiqué en ouverture de Macworld Expo retirer progressivement tous les verrous numériques de son catalogue musical, d’ici la fin du premier trimestre. Mais Richard Esquerra, de l’Electronic Frontier Foundation ne s’arrête pas au discours officiel de la firme à la pomme.
Et de relever ainsi qu’Apple continue d’avoir recours à des DRM pour verrouiller l’iPhone sur l’AppStore; protéger les logiciels pour iPod Touch/iPhone [que l’on peut “partager” avec un maximum de cinq comptes iTunes, d’ailleurs] ; pour empêcher les iPod de se synchroniser avec un autre logiciel qu’iTunes ; pour protéger les vidéos de l’iTunes Store contre la copie ou, pour les versions, HD, de la diffusion via le port Mini DisplayPort des derniers MacBook, sur des appareils HD ne supportant HDCP ; verrouiller les accessoires pour iPod/iPhone avec une puce spécifique limitant l’accès à certaines fonctions. Mais encore empêcher Mac OS X d’être exécuté sur des machines autres que les Mac fabriqués par Apple… avec tout le succès que l’on sait.

Tagged , , , , , ,