Tag Archives: avertinoo

Apple, l’ultime dindon de la farce des avertisseurs de radars ?

Mise à jour ce lundi 30 mai, dans l’après-midi, sur MacGénération »

L'annonce de l'Afftac sur le site d'Avertinoo

Le malaise m’a paru palpable, ce matin, alors que j’essayais de discuter, au téléphone avec l’un des éditeurs d’avertisseurs de radars pour iPhone, membre de l’Afftac. Il faut dire que la communication est quelque peu brouillonne, ce samedi 28 mai, alors que l’Afftac a rencontré Claude Guéant, au ministère de l’Intérieur, hier soir. Vu du ministère, les avertisseurs de radars devraient se transformer en avertisseurs de «zones dangereuses,» avec interdiction d’avertir de la position exacte des radars. Vu de l’Afftac, rien ne change vraiment et «la fonction “avertisseur de zones à risques” permet de signaler et de partager, comme avant, toutes les informations (perturbations routières, accidents, ralentissements, radars, patrouilleurs sur autoroute…). Nos appareils gardent leurs fonctions communicantes temps réel.» Une lecture fine de ces deux messages en apparence contradictoires laisse à penser que oui, les avertisseurs pourront continuer de remplir leur rôle mais peut-être pas avec la même précision qu’actuellement. Et qu’au lieu d’avoir une indication «radar fixe à 700 mètres», ce sera plutôt «vous entrez dans une zone dangereuse», deux voire trois ou encore quatre kilomètres avant le dit radar fixe – ou tout juste 10 mètres. D’autant que l’indépendance des différents services semble fortement remise en cause : «les services de l’Etat apporteront ainsi leur appui à la diffusion de l’information, qu’il s’agisse des vitesses autorisées, de l’état du trafic ou de la lutte contre la somnolence.»

Continue reading

Tagged , , , , , , , ,

Avertisseurs radars sur iPhone : n'en jetez plus !

N’y a-t-il donc que moi pour penser que l’abondance, c’est bien, mais que passé un certain stade… ce peut être nuisible, et que ce stade a été franchi pour les avertisseurs de radars sur iPhone ? Peut-être. Après tout, il faudra bientôt compter avec un énième logiciel de ce type dans l’AppStore : les auteurs de Mobicarbu entendent prendre leur part de cet appétissant gâteau avec leur prochain Mobiradars (devrait être vendu 4,99 €).

Extrait du site de présentation de Mobiradars

Extrait du site de présentation de Mobiradars

Au téléphone, les auteurs du logiciel, qui serait en cours de validation auprès de l’AppStore, m’assurent que, selon eux, “il y a encore de la place” sur ce marché déjà bien encombré. Et de miser, notamment, sur les utilisateurs de Mobicarbu pour développer rapidement une large communauté d’utilisateurs – “on part de zéro”, reconnaît-on chez Mobiradars. Une intégration entre Mobiradars et Mobicarbu est d’ailleurs prévue, avec des fonctions restreintes d’avertisseur radar dans Mobicarbu, puis un troisième logiciel, plus complet, avec des fonctions relatives à la localisation des garages automobiles par exemple. Bref, une logique multi-services qui me rappelle celle annoncée par les équipes de Sentinelle Radar.

Sur le plan technique, les développeurs de Mobiradars assurent pouvoir raccrocher précisément la localisation GPS d’un utilisateur à une voie de circulation, jusqu’à l’échelle d’une rue. Rien d’impossible techniquement mais je suis curieux de voir l’efficacité de la chose dans la pratique. Les données nécessaires auraient été fournies par des “partenaires”, indique-t-on, sans plus précision.

Mais, ce qui m’interpelle aussi, c’est que, chez Mobiradars, on mise sur la mobilité des utilisateurs d’avertisseurs de radars pour iPhone : “les utilisateurs essaient plusieurs applications, on espère qu’ils vont nous adopter.” Est-ce à comprendre que l’offre est déjà tellement pléthorique que la fidélisation d’une vaste base installée relève de la gageure ? Si c’est le cas, nombre d’applications et, à mon sens, en particulier celles qui restent cantonnées à la seule plateforme iPhone, risquent de souffrir.

Bref, aujourd’hui, j’en viens à me poser ces questions totalement cyniques : combien de développeurs d’avertisseurs radars pour iPhone comptent-ils vraiment faire vivre à moyen-long terme leur application et développer sa communauté d’utilisateurs ? Combien sont-ils à ne se lancer sur ce marché que dans l’espoir de se faire racheter, à terme, par un autre plus sérieux et soucieux de consolider le marché – et sa base installée ? Combien enfin ne misent finalement que sur l’impulsivité des consommateurs de l’AppStore pour se faire un peu de sous, vite fait bien fait ?

Les réponses après l’été, lors d’un grand mercato de l’automne ?

Tagged , , , , , , , , , ,

Avertisseurs radars sur iPhone : comment Eklaireur entend relever le gant

Ca y est, Coyote est disponible sur l’AppStore. Et le niveau de service rendu promet de bousculer sérieusement l’ordre établi sur le marché des avertisseurs radar pour iPhone. Reste que les développeurs d’Eklaireur semblent bien décidés à relever le gant, avec une stratégie qui, si elle est promptement menée à bien, devrait permettre à ce logiciel de marquer des points.

Conscient du caractère impérieux de la constitution d’une communauté importante et régulièrement utilisatrice, François Marcon, des équipes d’Eklaireur, m’a ainsi fait part de deux de ses projets de développement : l’ouverture – « d’ici quelques semaines » – de son logiciel à d’autres plateformes que l’iPhone, « de quoi tripler la population adressable » selon lui ; ainsi que la mise en place de partenariats avec des professionnels de la route. Des accords dans ce sens seraient en cours de signature, toujours selon François Marcon.

En outre, dans ce qui ressemble à une initiative visant à renforcer la confiance des utilisateurs dans le logiciel, Eklaireur dispose désormais d’une fonction dite « Haute Visibilité » qui permet d’anticiper à l’avance les événements sur la route empruntée sur 50km maximum. Cette fonction doit être disponible dans un premier temps sur les autoroutes avant une extension progressive aux routes nationales et voies express. Pour François Marcon, cette fonction est tout particulièrement adaptée « aux longs trajets et aux départs en vacances. »

Une période évidemment charnière pour tous les acteurs du marché. Et, dans ce sens, Eklaireur est désormais disponible en version Lite, gratuite et parfaitement fonctionnelle pendant 30 jours.

Enfin, la nouvelle version d’Eklaireur récemment lancée intègre une fonction dite « Ma Team », « pour renforcer la communauté Eklaireur et créer des communautés privées d’Eklaireurs de confiance. » Une fonction qui, selon moi, pourrait faire tout particulièrement sens dans certaines zones de province où, entre collègues empruntant les mêmes routes, ou voisins, il serait possible de palier le manque d’utilisateurs réguliers, pour Eklaireur comme pour d’autres outils comparables. Reste à savoir comment le public accueillera tous ces efforts.

La réponse à la rentrée ?

Tagged , , , , , , , ,

Coyote arrive enfin sur iPhone

Ca y est, enfin. Après plusieurs semaines d’attente, la version logicielle de l’avertisseur de radars Coyote arrive enfin sur iPhone, sous le nom d’iCoyote : le logiciel est disponible sur l’AppStore depuis ce vendredi 10 juillet au matin. Proposé gratuitement pour 90 jours, le logiciel a de quoi faire mouche. Je le teste désormais depuis plusieurs jours ; de quoi faire plusieurs aller-retour sur l’autoroute A10, quelques trajets en banlieue parisienne ou encore sur la nationale 10. Et, soyons clairs, la base installée d’avertisseurs Coyote « classiques » fait des merveilles.

Capture d'écran d'iCoyote

Capture d'écran d'iCoyote

Ainsi, il m’est arrivé à plusieurs reprises de me retrouver, sur un grand axe, partageant l’asphalte avec quelques dizaines d’autres utilisateurs des outils Coyote. Des utilisateurs manifestement très consciencieux comme le suggère la capture d’écran ci-contre. Avec une densité de suivi pareil, la tentation est grande de tout simplement désactiver les signalisations relatives aux « zones contrôlées », ces zones où les radars mobiles sont fréquents ou très fréquents. D’autant plus que le système d’avertissement sonore peut vite s’avérer fastidieux : iCoyote est une machine à ne pas se prendre inopinément en excès de vitesse et une voix répète inlassable son avertissement de survitesse à l’approche d’une zone à risque, tant que la vitesse n’est pas retombée en dessous du seuil autorisé localement. Un point sur lequel l’éditeur prévoit de travailler dans le cadre d’une mise à jour ultérieure.

Quelques autres défauts sont à signaler comme, par exemple, une indication de vitesse limite erronée sur la fin de l’A10, en banlieue parisienne – 130 km/h selon le logiciel contre 110 km/h dans les faits. Mais aussi quelques difficultés à gérer les zones très denses comme le périphérique parisien, ou les petites routes. D’ailleurs, on aimerait bien un traitement différencié des « zones contrôlées » : sans alarme sur des grands axes très bien couverts ; avec alarme pour les zones rurales.

Reste une interface graphique qui ne sera pas du goût de tous. A mon sens, elle a le mérite d’informer sur la « qualité » de la couverture de l’axe sur lequel on circule. Et si elle peut être perçue comme moins séduisante que celle d’autres logiciels, elle a au moins le mérite de ne pas distraire de la route.

Enfin, il y a cette inconnue : le prix, au-delà de la période de gratuité de 90 jours. Plusieurs formules sont dans les cartons de l’éditeur : paiement à l’acte pour un trajet, un week-end, une semaine, etc. Les tarifs n’ont pas encore été précisés.

Quoiqu’il en soit, iCoyote a de quoi faire le plein pendant les grands trajets estivaux. D’autant plus que, en l’état, la concurrence me semble bien en peine de vraiment rivaliser sur certains points clé comme la couverture des axes routiers. Avec un Avertinoo – dont une version 3.0 est en attente de validation par Apple –, je n’ai pas, à instant donné, réussi à obtenir une couverture aussi significative qu’avec iCoyote – 5 « suricates » maximum sur l’A10 quand iCoyote m’indiquait 25 éclaireurs… Même chose avec Wikango 2.0, qui semble encore avoir du mal avec les sens de circulation. Eklaireur pourrait, dans ce contexte, tirer son épingle du jeu avec des initiatives sur lesquelles je reviendrai dans un prochain billet.

Tagged , , , , , , , ,

Premières captures d’écran de Coyote pour iPhone

La version logicielle, pour iPhone, du célèbre avertisseur de radars Coyote devrait finalement arriver sur l’App Store début juillet – la date exacte dépendant du processus de validation d’Apple, comme l’explique Jean-Marc Van Laethem, directeur technique de Coyote Systèmes.

Coyote sur iPhone

Coyote sur iPhone

Comme le montre une première capture d’écran fournie par Coyote Système, l’écran, sans radar proche, affiche, sur les autoroutes et routes nationales, 40 km d’information en aval de la position de l’iPhone, sur le même axe routier, avec les radars fixes et mobiles à venir, le nombre d’éclaireurs et leur localisation par tranche de 10 km, et enfin la distance séparant de l’éclaireur le plus proche, devant. Petite précision : les éclaireurs sont les utilisateurs Coyote passés sur le même axe routier dans la dernière demi-heure.

Coyote sur iPhone

Coyote sur iPhone

La seconde capture fournie par l’éditeur présente l’avertissement radar avec vitesse du véhicule, vitesse limite, distance avant le radar, etc. Les distances d’alerte et le type d’alerte (sonore, visuelle) sont paramétrables par l’utilisateur.

Reste la question de la commercialisation de ce qu’il conviendrait d’appeler iCoyote. L’éditeur s’oriente vers de l’achat à l’acte dans le logiciel même, profitant des assouplissements proposés par Apple avec l’iPhone OS 3.0.

Dans un marché très concurrentiel, Coyote entend proposer son application avec une période d’essai gratuit de 90 jours. De quoi, pour lui, profiter à plein de la période des vacances d’été pour fidéliser une clientèle nouvelle et même capter des utilisateurs dans les communautés concurrentes.

Une concurrence exacerbée

Mais l’été devrait voir les éditeurs de logiciels avertisseurs de radars se livrer une bataille acharnée et sans merci. Visialis doit soumettre à Apple une nouvelle version d’Avertinoo ce week-end – version « qui change vraiment la donne », selon Sébastien Poulet Mathis. Comme Philippe Pénide, de Sentinelle Radar, il dit avoir « anticipé » l’arrivée de Coyote sur le marché, arrivée annoncée dans ces colonnes mi-mai. Mais Sébastien Poulet Mathis affiche sa sérénité : « l’arrivée d’Alerte GPS ne nous a pas dérangés ; on s’attendait à un effet plus marqué. » Une nouvelle version de Sentinelle Radar doit également arriver d’ici 8 à 10 jours. Elle sera entièrement gratuite à l’exception de fonctions temps réel « au prix plancher de l’App Store pour l’abonnement mensuel », un prix qu’Apple n’aurait pas encore totalement arrêté. Et de revendiquer, pour son logiciel existant, une communauté d’utilisateurs en croissance rapide qui approche les 100 000.

Chez Visialis, Sébastien Poulet Mathis s’interroge néanmoins sur deux points : la rapidité de migration des utilisateurs d’iPhone 3G vers l’OS 3.0 qui, seul, permettra la mise en place des stratégies commerciales de Coyote et de Sentinelle Radar. Et puis, pour l’éditeur d’Avertinoo, il faudra aussi compter sur ce poids lourd que représente TomTom et qui a profité d’une mise en avant remarquable lors de la conférence d’ouverture de la conférence développeurs d’Apple, la WWDC, ce lundi, à San Francisco.

Tagged , , , , , , ,