Tag Archives: Archos

Non, brader les tablettes n’est pas la recette miracle du succès

R.I.P.

Contrairement à certains très appréciés et très respectés confrères – francophones comme anglophones -, je ne pense pas que le succès fulgurant de la braderie massive du TouchPad nous apprenne que «de fortes promotions pourraient permettre aux challengers de l’iPad de se faire remarquer par les consommateurs et d’enclencher un processus vertueux à condition que le produit soit suffisamment bon.»

Tout d’abord parce que la leçon du prix, Archos a déjà essayé de la faire. Pas toujours avec succès mais le premier semestre a été particulièrement porteur pour le constructeur français de tablettes. Et, n’en déplaisent à ceux qui seraient tentés de penser que le nouvel Archos est moins attractif que le précédent – celui des premiers baladeurs multimédias tactiles à grand écran; ceux dont le patron d’Archos, Henri Crohas, m’expliquait, en juin 2009, qu’ils s’étaient faits avoir par l’iPod Touch -, le nouvel Archos semble plus efficace commercialement. Du moins pour le moment. Et la recette actuelle d’Archos tient en peu de mots : ouverture (avec Android) et prix serrés. Jugez donc : le modèle 10 pouces 8 Go n’est qu’à 270 euros. Ajoutons à cela un authentique soin du design. Mais cela suffit-il à donner des frissons à Apple ? A lui grignoter quelques ventes ? Non. Et il y a une très bonne raison à cela : tout n’est pas dans le prix.

Continue reading

Tagged , , , , , ,

iPad : Ooooppsss ! I killed the MacBook Air, and also Maemo, and perhaps Android, and Kindle, and also… netbooks ? (Apologies Archos)

Ok, ce soir, j’ai sorti ma grosse louche. La plus grosse de la cuisine en fait. Mais, sérieusement, Apple ne vient-il pas de décocher ce que nos amis anglophones appelleraient un « silver bullet » ? – balle d’argent, le truc indispensable pour éliminer un vampire.

Extrait de la pub Apple.

Je suis tenté de penser que… oui. En fait, l’appareil se contenterait de pouvoir surfer sur le Web ou lire des pages HTML (genre eBook) stockées en cache que ce serait déjà un hit. Pourquoi ? Peut-être tout simplement parce que, contrairement à ses wannabe-concurrents, il ressemble à quelque chose. Et en la matière, Apple en connaît un rayon : non seulement il faut au produit des fonctions, mais il faut que le produit soit un produit, bref, qu’il ait de la gueule, une présence, qu’il parle à son acheteur en devenir et qu’il lui donne le sentiment d’être quelqu’un. Et tant pis si l’acheteur en est encore aux Rolex – sur un plan purement esthétique s’entend. Bref, l’iPad a une tronche, c’est déjà un produit, tandis que ses concurrents immédiats ne sont que des appareils.

Ça, c’est pour l’aspect empathie avec l’objet. Le reste, d’une certaine façon, n’est que fonctionnel. Mais peut-être est-ce déjà trop. Parce que, que fait-on avec un netbook, par exemple ? Surfer sur le Web, chatter, faire ses comptes, échanger des e-mails ? Confortablement, c’est à peu près tout. Les Moblin et autres Ubuntu – pour ne citer qu’eux – l’on bien compris, avec leurs interfaces taillées pour des usages multimédia… de consultation, pour l’essentiel. Las, pour eux, le créneau Windows 7 – modérément adapté à la chose, quoiqu’en pense HP – vient peut-être de se refermer. De fait, la question est clairement posée : alors que l’iPad sera proposé fin mars à partir de 500 $ (400 € ? – on peut espérer…), où les acheteurs potentiels de netbooks orienteront-ils leur budget ? Souvenez-vous : d’après de nombreux analystes et constructeurs, le marché du netbook, c’était celui du second équipement – le client a déjà un ordinateur principal à la maison, par confort, il en veut un second.

Continue reading

Tagged , , , , , , , , , , , , , ,