Tag Archives: Apple

Time Machine, AirPlay, iTunes Home Sharing… comment Apple prépare son grand retour dans le stockage

Qu’il y a-t-il de commun entre Time Machine, AirPlay et la fonction Home Sharing d’iTunes, voire même – poussons le vice un peu plus loin – Mac OS X Server et les Portable Home Directories ? Les toutes dernières technologies du stockage : la déduplication et le snapshotting. Un tel rapprochement est pour le moins brutal; je le concède volontiers. Il mérite donc explications. Le tout plaçant sous une lumière toute particulière les rumeurs d’adoption de ZFS, le système de fichiers de Solaris (et donc de Sun, non, pardon, d’Oracle), dans Mac OS X Server. Hélas jamais concrétisées à ce jour. Mais regardez donc comment elles feraient sens.

D’une certaine façon, Time Machine est une solution de Snapshotting. Non pas intégrée au système de gestion des fichiers, le File System, mais au système d’exploitation. Une couche au-dessus, donc. Comprenez : Time Machine fait des sauvegardes régulières des fichiers et permet de parcourir celles-ci pour procéder à des restaurations ciblées, ponctuelles.

La fonction Home Sharing d’iTunes est censée être la réponse d’Apple à l’absence de solution digne de ce nom de centralisation/partage de la bibliothèque iTunes. Elle a un gros défaut : elle implique redondances sur les machines et, donc, surexploitation des ressources de stockage dans un contexte domestique.

AirPlay doit permettre à tout équipement «intelligent» de la galaxie Apple de commander la lecture de contenus depuis iTunes. Vers un Apple TV, un AirPort Express ou une solution partenaire. Mais hélas pas sur un iPad ou un iPhone, ou encore un iPod Touch, où l’on exécuterait l’application Remote. L’espoir faisant vivre, gageons que nous ne sommes qu’à un pas de cela. Le point intéressant, ici, est que l’application Remote tire profit de l’iTunes Home Sharing, ajoutant centralisation de commande là où il y a décentralisation du stockage des contenus. Vous suivez ? Bien. Continuons.

Continue reading

Tagged , , , , , , , , , , , , , , , ,

Jabber, enfin l’heure de gloire ?

Jabber et, derrière, le protocole de messagerie instantanée XMPP, sont-ils sur le point de connaître leur heure de gloire ? D’accord, en 2008, Messenger, de Microsoft, jouissait d’une suprématie difficilement contestable. En juin 2009, Windows Live Messenger en revendiquait plus de 300 millions. Mais les lignes ont peut-être un peu bougé.

De son côté, Jabber gagne insidieusement en popularité. Il est utilisé, certes, par Apple, avec iChat, mais aussi – et même surtout – par Facebook, pour sa messagerie instantanée et ses 500 millions d’utilisateurs. Ainsi que par Google, avec son service Google Talk. Là, on ne connaît pas le nombre d’utilisateurs mais le service est accessibles à ceux de Gmail, d’Orkut (concurrent de Facebook qui l’a, un temps, surpassé en Inde), ou encore des Google Apps (25 millions d’utilisateurs en mars dernier, selon Google). Accessoirement, XMPP est également utilisé dans les plateformes dérivées de Google Wave – dont Pulse, de Novell – ou encore le service de messagerie instantanée de Live Journal et celui d’Ovi, de Nokia. Par pure mesquinerie, j’ajouterais que Lotus Sametime, d’IBM, ou encore OCS de Microsoft, intègrent des passerelles XMPP. Et que Cisco a racheté Jabber (à l’origine du protocole XMPP), il y a tout juste deux ans. Voilà qui commence à peser un peu dans la balance.

Poussons encore un peu plus loin, sur le terrain de la VoIP. Car au-delà de la messagerie instantanée, c’est bien de ça qu’il est question. Vous trouverez sur Internet des tutoriaux d’intégration SIP/XMPP… Ok. Pour l’essentiel, il s’agit surtout de permettre la transmission de notifications Asterisk (appels manqués, messages, etc.) via une messagerie instantanée XMPP, ou synchroniser les données de présence. Mais depuis Asterisk 1.4, il est possible d’intégrer totalement SIP et Google Talk (et donc Jabber/XMPP, avec Jingle). Debut septembre, Thiago Rocha Camaro s’est même laissé aller à imaginer une architecture XMPP/Jingle qui permettrait à un Facebook de se lancer sur le marché de la VoIP. Thiago Camaro travaille à XMPP depuis 2001 et propose ses services pour les architectures de type IMS exploitant XMPP et, bien évidemment, SIP (et tant pis si ce dernier dispose de son propre protocole de présence/IM, SIMPLE). Selon Wikipedia, Google lui-même travaillerait à l’ouverture de Google Talk à SIP.

Continue reading

Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Sérieusement, le Web sur votre TV, ça vous fait rêver ?

Le "prototype" Google TV de Sony, sur l'IFA

Sur l’IFA, Sony a présenté un vrai faux prototype de Google TV. Comprenez : un TV qui ressemble à ce que pourrait être un Google TV selon Sony mais qui se contente de faire tourner en boucle une vidéo présentant ce que ça pourrait être, en termes de services et de fonctionnalités. Selon le constructeur, il faut s’attendre à une télécommande façon mini-clavier. Eh oui : il faut bien ça pour taper un URL et surfer sur le Web en plein écran, ou encore pour twitter sur son téléviseur que l’on est affalé au fond de son canapé.

Très clairement, ce que j’ai vu pour l’instant me laisse singulièrement dubitatif. C’est bien simple : je ne crois pas que le navigateur Web ait sa place sur le téléviseur. Ou alors de manière très marginale. Je suis plus enclin à être interpelé par le standard HbbTV, soutenu notamment par France Télévision, et qui vise à enrichir d’interactivité et de contenus connectés les programmes télévisés, sur un mode télétexte++. Et je ne parle pas de décorer mon écran de widgets Android ou d’y consulter une application comme celle du Monde et dont le fond blanc aura vite fait de me griller la rétine. Bref, contrairement à ce que pourrait sembler penser un Eric Schmidt, je doute que la promesse de pouvoir accéder à l’Android Market sur un Google TV soit franchement déterminante dans l’acte d’achat…

La nouvelle zapette de Samsung.

Pour autant, non, je ne suis pas un vieux réactionnaire techno-hermétique. Loin s’en faut. En fait, je pense que le téléviseur connecté ne fera pas l’impasse sur la tablette tactile en guise de télécommande voire d’écran secondaire (accessoirement, les télécommandes prennent cette direction; hors l’aspect tactile, il n’y a qu’à regarder les dernières zapettes de Samsung). Mise en scène. Vous regardez tranquillement la télévision dans votre canapé tout en surfant sur le Web sur votre tablette tactile. Une vidéo YouTube attire votre attention; vous voulez en faire profiter votre moitié. Non, ne vous levez pas : trop fatiguant. Non, ne lui demandez pas de venir à vous : indélicat. Faites glissez du bout du doigt la vidéo voulue vers l’écran de la télévision : elle y est lue en plein écran pendant que l’émission en cours est automatiquement mise en pause (et reste affichée en vignette, sur un mode Picture-In-Picture). Cela ne vous rappelle pas un peu la logique d’AirPlay ? Un peu, de loin. Mais l’idée est déjà là.

Une dépêche de dernière minute tombe sur Twitter ? D’un tap sur l’écran, demandez son affichage dans un cadre, en surimpression de l’image, sur le téléviseur. En bas comme un sous-titre; sur le tiers gauche ou droit de l’image; etc. Plus simplement : on configure bien l’écran externe d’un ordinateur portable en mode «miroir» (affichage répliqué); pourquoi ne pas en faire autant avec une tablette et un téléviseur, mais sans fil ? Tout cela pour montrer que si guerre des OS sur les téléviseurs il doit y avoir, elle se fera, à mon sens, sur l’écosystème complet de l’infotainment domestique, depuis le smartphone jusqu’au téléviseur, en passant par la tablette tactile.

Alors, à quand l’AppleTV proposée en bundle avec l’iPad ? A quand le Google TV livré avec sa tablette Android ?

Tagged , , , , , , , , , ,

AirPlay : un pas en avant… trop timide ?

Présentation d'AirPlay, sur le site d'Apple

Fin janvier, à la suite de la présentation de l’iPad, je me permettais un petit regret : l’impératif de synchronisation avec un iTunes pour profiter des contenus multimedia de l’ordinateur, sur la tablette. Ce regret est, hélas, toujours d’actualité. Mais avec AirPlay, Apple a fait petit en avant que j’apprécie grandement : la possibilité de diffuser, via son réseau, des contenus multimédia de son ordinateur sur un Apple TV, une borne AirPort, et bientôt des amplis Home Cinema, des boombox, etc. Denon, Marantz, B&W, JBL et iHome sont partenaires de l’aventure. Certes, jusque là, cela rappelle AirTunes. Mais L’apport d’AirPlay est tout de même important, à commencer par l’ouverture aux vidéos et aux photos – ainsi qu’aux metadonnées associées (titre, pochette pour les morceaux de musique, etc.). Surtout, les iPhone, iPod Touch et iPad vont pouvoir devenir serveurs AirPlay et envoyer leurs contenus sur des appareils de restitution compatibles. A commencer par le nouvel Apple TV. Le tout arrivera avec iOS 4.2, au mois de novembre.

Hélas, ce n’est que la moitié de ce que j’aurais trouvé pertinent. De fait, pour l’heure, Apple n’indique pas prévoir de faire des appareils sous iOS 4.2 des équipements de lecture distante des contenus sotckés dans l’iTunes d’un Mac ou d’un PC. Bref, ils vont pouvoir devenir serveurs de contenus, pas clients. Et c’est peut-être cela qui manque le plus dans le cadre d’une mobilité «restreinte», à la maison ou au bureau (ou peut-être pas le plus, mais ça manque quand même). [Mise à jour: Good news. Selon 9to5Mac, n’importe quel contenu vidéo H.264 devrait pouvoir être “envoyé” d’un iPhone/iPod/iPad sur l’Apple TV. Il ne manque qu’une chose : pouvoir accéder aux contenus multimédia de son Mac ou PC équipé d’iTunes, en streaming, à partir d’un iPhone/iPod/iPad. La boucle serait alors complète.]

Continue reading

Tagged , , , , , , , , , ,

Pourquoi FaceTime n’aime pas la portabilité du numéro

Que se passe-t-il lorsque quelqu’un essaie de vous rappeler sur FaceTime après que vous avez changé d’opérateur en profitant de la portabilité du numéro ? Rien. Enfin… ça ne fonctionne pas. Du moins ce fil de discussion, sur les forums d’Apple, le laisse-t-il à penser assez sérieusement. Le souci peut être (assez) facilement corrigé : Réglages > Général > Réinitialiser > Réinitialiser tous les réglages. C’est violent – de nombreux paramètres doivent être rétablis manuellement, comme les fonds d’écran (du lot, ce sont les moindres) – mais c’est efficace. Surtout, ces aléas laissent à penser qu’Apple a déployé, pour supporter FaceTime, un système pas très éloigné d’un authentique IMS. [Un article de la KB d’Apple évoque les éventuels soucis avec la portabilité du numéro]

FaceTime activé sur un iPhone 4

Comme le détaille Lina Mroueh, dans un document d’avril 2006 dédié à l’étude des procédures d’enregistrement et d’établissement de session en IMS, la mise en relation de l’appelant et de l’appelé nécessite la connaissance d’un identifiant dit privé de l’appelé par une base de données dédiée (la HSS; l’équivalent dans l’IMS de la HLR des réseaux mobiles) au sein de l’IMS, base de donnée chargée de faire le lien entre identité(s) publique(s) de l’utilisateur (connu(es) de ses correspondants) et identité privée (unique, connue de l’IMS et du terminal de l’utilisateur). Las, seul un nouveau de type de carte SIM – l’ISIM (pour IMS Subscriber Identity Module) – est censé savoir générer et manipuler cette identité privée. Et, pour l’heure, avec nos terminaux 3G, nous nous contentons d’USIM. Mais voilà, rétro-compatiblité oblige, un IMS doit pouvoir se contenter de ce que lui donne une USIM. Du coup, il utilise l’IMSI, qui identifie un abonné sur un réseau GSM/UMTS et qui est stocké sur la carte SIM/USIM, en guise d’identifiant privé.

Continue reading

Tagged , , , , , , , , , , , , , , ,