MIUI, le meilleur d’Android ?

HTC Desire équipé d'une ROM MIUI

Inutile de chercher à m’en cacher, je n’arrive pas à me faire à Android. Ce n’est pas faute de ne pas m’en servir : j’utilise régulièrement un smartphone HTC Desire, lors de mes déplacements à l’étranger. Récemment, cet appareil a d’ailleurs été mon smartphone principal durant près d’un mois. Ah! Les joies du prépayé* à l’étranger pour éviter les coûts de roaming data… Passons; c’est une autre histoire. Revenons à Android.

Je n’arrive pas vraiment à me l’expliquer mais, avec Android, je n’arrive pas à avoir envie d’utiliser mes applications. Alors qu’avec un iPhone, elles me sont devenues indispensables. Incohérence graphique d’une application à l’autre ? Peut-être. Applications développées avec moins de soin ? Peut-être encore. Accessibilité réduite des applications ? – après téléchargement, il faut encore installer un widget ou bien un raccourci, sur l’un des écrans principaux, pour accéder à son application; lourdingue. Peut-être. Interface graphique globalement aride (blanc, ou jaune ou vert sur fond noir… super joyeux) ? Peut-être. Sur ce dernier point, je trouve d’ailleurs WebOS particulièrement réussi, bien plus qu’Android – que l’on parle d’un Gingerbread «nu» ou d’une interface Sense de HTC. Visuellement plus savoureux, moins terne, globalement plus homogène dans les applications – j’adore l’application Mail de WebOS que je trouve bien supérieure à celle d’un HTC ou d’un Google. Quoiqu’il leur manque à tous la gestion des «conversations», autrement dit le regroupement des courriels par fils d’échange, comme sous iOS ou Mac OS X.

HP Pre3 sous WebOS

Au milieu de tout cela, il y a une famille de ROM Android qui sort, selon moi, son épingle du jeu : MIUI. Quelque chose me dit que je ne suis pas le seul, d’ailleurs : le site Web MIUI-France a récemment organisé une pétition pour obtenir du constructeur du premier smartphone MIUI natif, le MI-One, l’exporte vers l’Hexagone. Une pétition qui a recueilli 700 signatures en un rien de temps, avant d’être fermée en raison de la réponse positive apportée par le constructeur à la demande.

Visuellement, les éléments système sont graphiquement soignés, plutôt plaisants au regard, et organisés de manière efficace. Enfin, cela vaut pour le thème par défaut. Car l’ensemble est largement personnalisable par le truchement de thèmes à télécharger. Eux-mêmes sont présentés dans une interface graphique simple et efficace. Certains sont simplement excellents. Le lanceur installé par défaut avec MIUI raccourcit quant à lui l’accès aux applications : elles sont automatiquement affichées sur les écrans de lancement, aux côtés des widgets, un peu comme avec iOS. Elles peuvent d’ailleurs être organisées en dossiers. Donc, il n’y a pas là de «tiroir» regroupant tous mes programmes à l’instar d’un menu Démarrer de Windows. C’est à mon sens plus efficace et encourage à utiliser les applications installées. Et accessoirement à ne pas installer ni conserver d’applications que l’on n’utilise pas.

Certains thèmes MIUI sont très très originaux.

Bien, MIUI reste tributaire de certains défauts d’Android – comme le client de messagerie électronique… – mais il fait toutefois bien mieux, à mon goût, que le Gingerbread original de Google, ou l’interface Sense de HTC. Avec un écosystème créatif – pour les thèmes graphiques – manifestement dynamique.

Je ne saurais donc qu’encourager les possesseurs de smartphones Android rootés – et supportés par MIUI – à prendre le temps d’essayer cette famille de ROMs. Elle mérite le détour.

*Pour ceux que cela intéresse, je recommande T-Mobile aux États-Unis (1,5$/jour pour la data illimitée) mais aussi en Allemagne (1€/jour pour la data illimitée), et au Royaume-Uni (même prix, grosso modo).

Tagged , , , ,