iPad Mini : et si Apple refaisait le coup qu’il a fait au marché des PC ?

Pour beaucoup, le nouvel iPad Mini est trop cher. Et c’est plutôt une bonne nouvelle pour les autres acteurs du marché des tablettes tactiles 7 pouces auquel Apple laisserait ainsi une bouffée d’air frais. Ainsi, selon Nomura Equity Research, ni Amazon avec son Kindle Fire, ni Google avec sa Nexus 7 ne devraient souffrir de l’arrivée de l’iPad Mini. Non, le nouveau venu devrait surtout permettre d’étendre le marché, attirant une nouvelle clientèle.

Le nouvel iPad Mini d’Apple.

A moins qu’Apple n’attire un nouveau segment de clientèle, suivant une approche qui lui a plutôt bien réussi sur le domaine des ordinateurs personnels, en particulier des iPad. Plutôt que de se lancer à corps perdu dans une guerre des prix fortement préjudiciable aux marges – tant à celles d’Apple qu’à celles de l’industrie en général; et on l’a vu avec les netbooks dont, faut-il le rappeler, un constructeur confiait discrètement au printemps 2009 que “nous sommes en train de nous tirer une balle dans le pied avec le sourire”… – la firme à la pomme mise sur le haut de gamme. Avec un produit cher mais fortement qualitatif. Certains confrères ayant eu la chance d’avoir la primeur de sa prise en main n’ont pas manqué de souligner à quel point l’iPad Mini inspire robustesse et qualité là où ses concurrents font désormais l’effet de jouets. Ce type de comparaison ne s’est-il pas longtemps appliqué – s’il ne s’applique pas encore… – aux ordinateurs Apple par rapport aux PC ? Et cela lui a plutôt bien réussi, au moins sur le plan financier.

Souvenez-vous : il y a près de 4 ans, tout le monde s’accorder à constater qu’Apple était l’un des seuls constructeurs à réussir à vendre des machines à plus de 800 euros. Un segment de niches, certes, mais sur lequel le groupe se serait offert 60 % de parts de marché outre-Atlantique. Une niche, peut-être, mais aux allures de poule aux oeufs d’or. Et une poule d’autant plus généreuse que, tant sur l’entrée que sur le milieu de gamme, la guerre faisait rage pour grapiller la moindre part de marché, entre une dizaine de constructeurs concurrents.
Hors qu’observe-t-on aujourd’hui : que sur le marché des tablettes, Apple et Amazon sont ceux qui tirent le mieux leur épingle du jeu. En misant sur le haut de gamme avec son iPad Mini, la firme à la pomme prend un peu plus de hauteur, laissant aux autres le soin de s’entre-tuer pour quelques miettes de rentabilité sur les produits les moins chers. Quant à savoir si Apple peut se permettre un tel pari, c’est à voir. Mais le groupe ne semble pas l’avoir trop réussi jusqu’ici sur d’autres marchés. Et, avec l’iPad Mini, il peut compter sur l’affinité avec la marque générée par le reste de ses offres. J’imagine bien ceux qui souhaiterait disposer d’un iPad – mais pour qui le modèle 10 pouces est trop cher ou trop grand – acheter un iPad Mini. Ou encore, pour d’autres, compléter l’équipement familial d’iPad Mini plutôt que d’iPad classiques : le Mini coûte 170 euros de moins que le normal et… 50 % de plus qu’une Nintendo 3DS. Compte tenu du coût des jeux sur les deux plateformes (et de la versatilité de l’iPad), j’imagine que dans certains foyers, le choix pourrait être vite fait.
Tagged , , , , , , ,