Category Archives: VoIP

Jabber, enfin l’heure de gloire ?

Jabber et, derrière, le protocole de messagerie instantanée XMPP, sont-ils sur le point de connaître leur heure de gloire ? D’accord, en 2008, Messenger, de Microsoft, jouissait d’une suprématie difficilement contestable. En juin 2009, Windows Live Messenger en revendiquait plus de 300 millions. Mais les lignes ont peut-être un peu bougé.

De son côté, Jabber gagne insidieusement en popularité. Il est utilisé, certes, par Apple, avec iChat, mais aussi – et même surtout – par Facebook, pour sa messagerie instantanée et ses 500 millions d’utilisateurs. Ainsi que par Google, avec son service Google Talk. Là, on ne connaît pas le nombre d’utilisateurs mais le service est accessibles à ceux de Gmail, d’Orkut (concurrent de Facebook qui l’a, un temps, surpassé en Inde), ou encore des Google Apps (25 millions d’utilisateurs en mars dernier, selon Google). Accessoirement, XMPP est également utilisé dans les plateformes dérivées de Google Wave – dont Pulse, de Novell – ou encore le service de messagerie instantanée de Live Journal et celui d’Ovi, de Nokia. Par pure mesquinerie, j’ajouterais que Lotus Sametime, d’IBM, ou encore OCS de Microsoft, intègrent des passerelles XMPP. Et que Cisco a racheté Jabber (à l’origine du protocole XMPP), il y a tout juste deux ans. Voilà qui commence à peser un peu dans la balance.

Poussons encore un peu plus loin, sur le terrain de la VoIP. Car au-delà de la messagerie instantanée, c’est bien de ça qu’il est question. Vous trouverez sur Internet des tutoriaux d’intégration SIP/XMPP… Ok. Pour l’essentiel, il s’agit surtout de permettre la transmission de notifications Asterisk (appels manqués, messages, etc.) via une messagerie instantanée XMPP, ou synchroniser les données de présence. Mais depuis Asterisk 1.4, il est possible d’intégrer totalement SIP et Google Talk (et donc Jabber/XMPP, avec Jingle). Debut septembre, Thiago Rocha Camaro s’est même laissé aller à imaginer une architecture XMPP/Jingle qui permettrait à un Facebook de se lancer sur le marché de la VoIP. Thiago Camaro travaille à XMPP depuis 2001 et propose ses services pour les architectures de type IMS exploitant XMPP et, bien évidemment, SIP (et tant pis si ce dernier dispose de son propre protocole de présence/IM, SIMPLE). Selon Wikipedia, Google lui-même travaillerait à l’ouverture de Google Talk à SIP.

Continue reading

Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pourquoi FaceTime n’aime pas la portabilité du numéro

Que se passe-t-il lorsque quelqu’un essaie de vous rappeler sur FaceTime après que vous avez changé d’opérateur en profitant de la portabilité du numéro ? Rien. Enfin… ça ne fonctionne pas. Du moins ce fil de discussion, sur les forums d’Apple, le laisse-t-il à penser assez sérieusement. Le souci peut être (assez) facilement corrigé : Réglages > Général > Réinitialiser > Réinitialiser tous les réglages. C’est violent – de nombreux paramètres doivent être rétablis manuellement, comme les fonds d’écran (du lot, ce sont les moindres) – mais c’est efficace. Surtout, ces aléas laissent à penser qu’Apple a déployé, pour supporter FaceTime, un système pas très éloigné d’un authentique IMS. [Un article de la KB d’Apple évoque les éventuels soucis avec la portabilité du numéro]

FaceTime activé sur un iPhone 4

Comme le détaille Lina Mroueh, dans un document d’avril 2006 dédié à l’étude des procédures d’enregistrement et d’établissement de session en IMS, la mise en relation de l’appelant et de l’appelé nécessite la connaissance d’un identifiant dit privé de l’appelé par une base de données dédiée (la HSS; l’équivalent dans l’IMS de la HLR des réseaux mobiles) au sein de l’IMS, base de donnée chargée de faire le lien entre identité(s) publique(s) de l’utilisateur (connu(es) de ses correspondants) et identité privée (unique, connue de l’IMS et du terminal de l’utilisateur). Las, seul un nouveau de type de carte SIM – l’ISIM (pour IMS Subscriber Identity Module) – est censé savoir générer et manipuler cette identité privée. Et, pour l’heure, avec nos terminaux 3G, nous nous contentons d’USIM. Mais voilà, rétro-compatiblité oblige, un IMS doit pouvoir se contenter de ce que lui donne une USIM. Du coup, il utilise l’IMSI, qui identifie un abonné sur un réseau GSM/UMTS et qui est stocké sur la carte SIM/USIM, en guise d’identifiant privé.

Continue reading

Tagged , , , , , , , , , , , , , , ,

FaceTime, cheval de Troie ou premier pas vers la 4G ?

Le bouton FaceTime pour initier directement une communication en visiophonie.

Ballon d’essai, cheval de Troie… ou premier pas vers la 4G ? L’avenir se chargera d’apporter la réponse. Ce qui m’amène à me poser cette question, c’est le fait – passé quasiment inaperçu, s’il n’était John Gruber pour le remarquer sur Daring Fireball – qu’il est possible, avec l’iPhone 4, d’initier directement un appel FaceTime avec un correspondant, sans passer par le préalable d’un appel téléphonique classique.

En fait, il me semble que l’initiation FaceTime en deux temps ne soit nécessaire que la première fois, pour permettre aux deux iPhone concernés de s’identifier comme étant deux terminaux compatibles FaceTime; une fois cette reconnaissance établie, chaque iPhone me semble stocker un identifiant de l’autre terminal permettant, par la suite, d’engager directement la visiophonie.

C’est du moins ce que j’ai constaté aujourd’hui entre deux iPhone 4. Ce qui m’a mis la puce à l’oreille, c’est qu’une caméra apparaît comme par magie dans le bouton FaceTime de la fiche d’un contact, sur l’iPhone 4, une fois qu’un premier appel FaceTime a pu être établi avec succès. Regardez donc sur la capture ci-contre.

Un premier pas vers la 4G ?

Souvenez-vous : FaceTime repose sur le protocole SIP; le mode de fonctionnement décrit ci-dessus indique qu’Apple a décidé de s’appuyer sur l’appel téléphonique classique pour permettre un enregistrement transparent, pour l’utilisateur, de l’identifiant SIP du destinataire (un identifiant obtenu à l’activation de la fonction, dans les réglages, une activation qui a tous les airs d’un enregistrement auprès d’un serveur SIP chez Apple…) – une façon naturelle de trouver les coordonnées des contacts, plus naturelle en tout cas que la saisie manuelle d’un identifiant plus ou moins complexe. Pour l’heure, la nature de cet identifiant reste mystérieuse. Mais gageons que le fait que FaceTime ne fonctionne qu’en WiFi jouera rapidement contre le mystère qui l’entoure.

Continue reading

Tagged , , , , , , ,

La VoIP s’invite sur le mobile

L’opérateur de téléphonie sur IP américain Vonage commercialisera à l’automne prochain un téléphone mobile permettant de passer des appels via Internet dans la zone de couverture de hot spots Wi-Fi. Mieux, IBM, VeriSign et Airespace viennent lancer le programme MobileIgnite visant à “créer un écosystème […] qui aidera les fournisseurs de services à déployer rapidement des services convergents [de voix sur IP mobile]”. Voilà qui semble prometteur : imaginez un téléphone mobile bi-mode qui permette de téléphone gratuitement au bout du monde depuis un hot spot Wi-Fi, et d’utiliser le réseau GSM le reste du temps.

Si l’idée paraît sympathique de prime abord, je reste circonspect et j’attends d’en savoir plus sur les codecs qui seront utilisés dans ce cadre. Il n’y a qu’à essayer la téléphonie sur IP “filaire” pour contaster à quel point les codecs sont au coeur de qualité de service en VoIP. Ainsi, ma ligne Freebox, qui se réserve près de 12 ko/s de bande passante en upload m’offre une qualité de service inférieure à celle de Skype. Les codecs (iLBC en PC2PC et G.729 pour les appels vers le RTC) utilisés par ce dernier sont si efficaces que l’on peut maintenir une très bonne qualité de communications dans des situations critiques : téléphone Skype DECT en bout de portée d’un côté et Skype sur Pocket PC en Wi-Fi avec oreillette bluetooth de l’autre côté…

Téléphonie sur IP et RTC dans un seul combiné

Olympia DUALphoneLe DUALphone d’Olympia associe téléphonie sur IP via Skype et téléphonie classique par RTC dans un unique combiné sans fil DECT. Enfin, il est possible de téléphone via son PC sans avoir besoin de rester le cul vissé sur sa chaise derrière son écran, du moins avec plus de confort qu’avec une simple oreillette Bluetooth dont la portée limite sévèrement l’exercice.

Difficile à trouver en France, l’appareil est cependant très bien distribué dans d’autres pays européens. Seul reproche, à plus de 130 euros, il est cher.

L’intérêt de ce type de combiné sembe évident : la porté est plus grande qu’avec Bluetooth, les risques d’écho ou de larsen plus faibles qu’avec un ensemble micro/HP branché sur un PC, et, surtout, tout est là, dans un seul appareil.

Le DUALphone d’Olympia se branche sur un port USB. Il est reconnu par le PC sous Windows XP comme un téléphone USB. Le logiciel fourni avec l’appareil s’occupe de faire l’interface avec Skype. Ainsi, les contacts en ligne apparaissent l’écran à cristaux liquides du téléphone. Il suffit d’en sélectionner un pour lancer la conversation. De même, à la réception d’un appel, le pseudo du correspondant est affiché. Les inconditionnels des mains libres apprécieront de pouvoir brancher une oreillette sur la prise idoine sur le côté du combine.

En bon téléphone DECT, le DUALphone accepte jusqu’à quatre combinés supplémentaires et supporte transfert d’appel et mise en attente. Il est en outre compatible avec la présentation du numéro.

L’appareil n’est cependant pas exempt de défaut. Ainsi, puisqu’il intègre une base DECT, il contribue à la mutiplication de celles-ci dans la maison… Enfin, à plus de 130 euros, il est cher !

Dernier regret, enfin, pour que les fonctions Skype du téléphone soient accessibles, le PC doit être allumé. Ce serait pas mal un petit “moteur Skype” embarqué dans le téléphone qui lui permette de fonctionner directement braché sur le réseau tandis que le PC ne sert qu’au paramétrage…

Siemens propose des solutions équivalentes dans sa gamme Gigaset.