Web 2.0, réseaux sociaux : nouvel esclavagisme ?

Alors que l’on s’interroge encore pour savoir France pour si la journée de solidarité du lundi de Pentecôte relève ou non du travail forcé, illégal au regard du Bureau International du Travail (BIT), Karl Dubost s’interroge sur les réseaux sociaux et tout le tremblement du Web 2.0. Et de s’inquiéter notamment de la malhonnêteté intellectuelle des nouvelles start-ups du Web qui construisent leur chiffre d’affaires sur les contenus gracieusement mis à disposition par les internautes. Je vous laisse lire sa réflexion, loin d’être inintéressante.

Dans la même logique, je m’interroge pour ma part sur la place laissée au droit à l’image par des services comme Flickr. En France, la publication de la photographie d’une personne reconnaissable nécessite son consentement explicite. Nous n’avons pas encore vu de procès intenté à l’encontre d’internautes utilisateurs d’Imageshack & Co ni même à l’encontre de ces services eux-mêmes. Mais je ne serais pas surpris que la promotion offerte à certaines photographies par des blogs comme Flickrbabes ou encore Chicks & Breasts (cliquez ici pour accéder au site; le caractère suggestif, sinon explicite, de certaines photos peut choquer) ne finisse par provoquer l’ire de leurs sujets.