TNT: la vraie-fausse révolution

On ne parle que d’elle : la Télévision Numérique Terrestre (TNT) est sur toutes les lèvres comme si, d’un coup d’un seul, elle allait révolutionner la télévision. Ben non, pas vraiment et pour plein de bonnes raisons. Tout d’abord pour des raisons de couverture. Toute l’excitation suscitée par le lancement de cette nouvelle technologie ce mois-ci fait oublier la lenteur de son déploiement : 35 % de la population en mars 2005 et 50 % en septembre prochain mais seulement 65 % en septembre 2006 – seront alors notamment exclues des villes comme Nice, Menton ou encore Cannes et Auxerre.
Le déploiement est actuellement prévu pour 115 sites d’émission de TDF à l’horizon juin 2007. Au délà, c’est l’obscurité totale, avec des zones d’ombre significatives : une bonne partie de l’est de la France est ainsi oublié : Vittel, Nancy, Strasbourg, Belfort, pour ne citer qu’elles, sont partie des “sites de planification ultérieure”, selon le vocabulaire du CSA. Il en a va de même pour les sites d’émission frontaliers avec la Belgique et le Luxembourg.
Quand bien même tous les sites de TDF seraient-ils à terme ouverts à la TNT, de nombreux français resteront sur le carreau, ceux qui ne reçoivent pas la télévision analogique hertzienne, notamment, mais aussi ceux qui la reçoivent mal. Car le numérique ne pardonne pas : autour d’un certain seuil de qualité de réception, c’est tout ou rien, la télévision ou la neige. Ceux qui reçoivent la télévision numérique par satellite le savent bien.
Mais il y a aussi les raisons démographiques : selon une étude de l’agence Carat, le taux d’équipement des foyers français pour la réception de la TNT devrait osciller entre 40 % et 67 % d’ici 2015. D’ici 2009, ce chiffre devrait se situer entre 14 % et 28 %. Pas de quoi crier à la révolution ni inquiéter, pour l’heure, les diffuseurs de télévision par satellite et les opérateurs du câble. Pour mémoire, on compte environ 25 000 000 de foyers en France aujourd’hui. Selon le CSA, 25 % des 23,3 millions de foyers français équipés d’une télévision étaient abonnés à une offre payante de télévision par câble ou satellite (hors Canal+) au 31 décembre 2003.
En outre, à bien regarder la liste des chaînes proposées par la TNT, il est difficile de constater une vraie révolution : les chaînes nationales, avec, en plus, Arte, trois nouvelles chaînes, TMC, LCP, Festival. Pas très excitant pour le moment, à mon sens. Surtout, je ne peux m’empêcher de noter l’absence de chaîne thématique dédiée aux enfants.
En outre, TNT ne va pas rimer avec Haute Définition avant plusieurs mois, le temps pour le satellite de développer son offre en la matière. Bref, là encore, pas de vraie révolution. Enfin, les démodulateurs commercialisés dès aujourd’hui sont “FTA only”, à savoir “Free To Air”, donc incompatibles avec les chaînes payantes à venir.