Palm OS : une page se tourne

Depuis ce 14 février, Palm OS n’est plus vraiment. Ou plutôt, Access vient de transformer l’essai avorté de PalmSource qui consistait à prendre le virage de Linux. Access, qui a racheté PalmSource en septembre dernier, vient de présenter ALP (Access Linux Platform), “la dernière évolution de Palm OS” et une plateforme Linux “taillée pour smartphones et terminaux mobiles”.
Depuis fin 2004, PalmSource travaillait laborieusement au développement de la version 6 de Palm OS 6, une version basée sur Linux, sans parvenir à fournir de résultat concret. De guerre lasse, PalmSource s’était associée à MontaVista, développeur de distributions Linux embarquées.
ALP s’appuie sur le noyau Linux 2.6.12, utilise GTK+, GStreamer et SQLite. Les terminaux ALP devraient profiter du navigateur Web NetFront d’Access ainsi que des logiciels d’organisation personnelle, de synchronisation, de messagerie et de téléphonie de PalmSource. Pour encourager la contribution de la communauté OpenSource, Access lui a fourni Open Binder, un framework pour composants objets comparable à Dcom ou Corba, conçu pour l’embarqué.
Selon Access, Samsung s’intéresse “attentivement” à ALP.