Où peut bien aller Windows Mobile ?

Smartphone Windows Mobile signé Asus, présenté au CeBIT à Hanovre, en mars 2008.

On vient de l’apprendre : Mac OS X pourrait très probablement passer devant Windows Mobile en termes de parts de marché sur les ventes de Smartphones au troisième trimestre de cette année. Les fans d’Apple pourront être tentés d’y voir une revanche de Mac OS sur Windows, sur un champ de bataille déplacé du poste de travail au terminal mobile. Mais qu’une victoire d’Apple, c’est une défaite de Microsoft que je suis tenté d’y voir.

Les ventes de terminaux sous Windows Mobile continuent certes de progresser : au second trimestre, elles ont cru de 20 %, contre 126 % pour RIM, 230 % pour Mac OS et 61 % pour un Palm OS qui pourrait pourtant paraître moribond.

En fait, Windows Mobile me paraît essentiellement soutenu que par sa présence en entreprise, aidée par une offre variée d’outils de gestion de parc. Pour le reste, Windows Mobile a des airs de Windows 3.11 : vieillot et ergonomiquement dépassé.

Les constructeurs de terminaux mobiles l’ont bien compris : la plupart d’entre eux tente de cacher Windows Mobile sous des surcouches graphiques plus conviviales et, surtout, plus adaptées aux écrans et aux modes d’interaction des utilisateurs avec leurs Smartphones.

Mais cela suffit-il ? Ne prenons qu’un exemple, le fameux Player Addict de Samsung, présenté un temps comme iPhone killer. Son interface est élégante, visuellement agréable. Le système de gadgets façon Vista peut rebuter mais fonctionne plutôt bien. A détail près : c’est lent, et puis aussi saccadé.  En clair : cette surcouche n’est pas bien plus que du fond de teint sur un visage marqué par le temps ; elle cache difficilement la misère et consomme un surplus de ressources que l’appareil peine à lui fournir. Et pour tout gâcher, cette surcouche ne cache pas tout : très vite, on retombe sur Windows Mobile, à commencer par ce menu Démarrer emprunté au Windows du PC dont je continue de me demander ce qu’il fait sur un smartphone… 

Alors, Microsoft va-t-il revoir son système d’exploitation pour terminaux mobiles en profondeur ou bien pousser à la course à la puissance comme il a déjà pu le faire sur le poste de travail ?

Tagged , , , , , ,