Linksys WRT54Gv5 : une upgrade en forme de downgrade

Le célèbre routeur sans fil 802.11g de Linksys, le WRT54G, arrive en version 5. Surfant sur la bonne réputation de son routeur, le constructeur, filiale de Cisco, s’est permis quelques écarts qui risquent à coup sûr de décevoir ceux qui se laisseraient tenter par l’animal. En premier lieu, le WRT54Gv5 n’est plus animé par Linux mais par VxWorks. Du coup, il est inutile d’expérer lui faire avaler un firmware alternatif aux fonctions pourtant alléchantes, comme OpenWRT. Cet abandon du système d’exploitation ouvert a d’ailleurs provoqué une véritable levée de boucliers en Europe et notamment outre-Rhin. Pour faire amende honorable, Linksys a promis un WRT54GL, sous Linux. Celui-ci ne semble pas encore disponible. Mais le constructeur est bien inspiré car son WRT54Gv5 a largement de quoi décevoir. Animé par un processeur Broadcom 5352 à 200 MHz, il n’embarque que 8 Mo de mémoire vive contre 16 Mo pour ses prédécesseurs ainsi que pour le WRT54GL. Du coup, le WRT54Gv5 frise l’apoplexie lorsqu’il est soumis à un stress intense comme savent en produire les logiciels de P2P comme eMule. Les connexions vers Internet ne sont pas les seules à être affectées, les échanges sur le LAN le sont aussi. Dans les conditions d’utilisation, le WRT54GX (version 1), avec son processeur à 300 MHz et ses 16 Mo de mémoire vive, fait preuve d’une aisance impressionnante.
Mais ce n’est pas tout. Le firmware du WRT54Gv5 semble encore rempli de bogues divers et variés – à moins qu’il ne s’agissent de fonctions… – : accédez à l’interface d’administration en DHCP via WiFi puis tentez d’y revenir, avec le même ordinateur, sans avoir fermé le navigateur, et votre machine sera tout bonnement exclue du réseau. Seule solution : relancer le routeur. Qui plus est, les menus déroulants de l’interface d’administration laissent apparaître des codes qui semblent plus destinés à un usage interne au serveur Web embarqué qu’à l’utilisateur final.
En définitive, la fonction de simplicification de la sécurisation du réseau WiFi (SES), semble un apport bien maigre en regard des défauts de cette nouvelle version du si remarquable WRT54G. Dommage.