Ados & MP3 : budget serré mais fortes attentes

Selon Mediamétrie et le cabinet GfK, 30,3 % des ménages français étaient équipés d’un baladeur MP3 fin 2006, contre 18,5 % fin 2005. Chez les ados, en Collège comme au lycée, le taux d’équipement semble beaucoup plus élevé.

Tous, ou une large majorité des élèves est équipée. Mme Collet, professeur de Technologie, en fait le constat : « au collège, on voit de plus en plus d’élèves avec des lecteurs mp3. » M.Guégan, professeur d’EPS observe une situation comparable : « les élèves sont plus équipés, mais leurs appareils sont moins visibles qu’il y a 5 ans lorsqu’ils avaient des lecteurs CD. »

Inutile de se voiler la face : la musique vient d’Internet et de réseaux de téléchargement tels qu’eMule. Lucas, collégien en classe de 5ème, qui ne s’en cache pas : « les chansons que j’ai sur mon mp3, ce sont mes soeurs qui me les ont téléchargées ». Rémi, lycéen en classe de 2nde, est plus nuancé : « je télécharge de temps en temps sur eMule mais je copie beaucoup de CD. »

Pour eux, la musique est trop chère : « comme c’est cher, on préfère télécharger et passer aux amis, » explique Lucas. Au collège, comme au lycée, s’en suit tout un trafic de clés USB afin d’éviter aux copains de télécharger un morceau qu’une personne de la tribu a déjà. Sur ce point là, les jeunes sont très solidaires.

C’est dans ce contexte que Creative et MusicMe se sont associés pour proposer une offre conjointe. Pour l’achat d’un baladeur plus un euro, il est possible d’accéder de manière illimitée au catalogue de MusicMe (600 000 chansons), pendant 3 mois. Passée cette période d’essai [payant, à 1 euro !], il faut s’abonner au service, moyennant 15 €/mois, pour continuer à profiter des morceaux téléchargés.

Tout, pour pas cher

En fait, il est peut-être bien nécessaire de se différencier avec ce type de partenariat pour attirer les abos. Leurs exigences sont en effet simples et beaucoup de baladeurs y répondent : « ce qui marche le mieux avec les ados, ce sont les produits avec la plus grande capacité de stockage possible, toujours plus petits et polyvalents.Regarder un film sur un tout petit écran ne les dérangent pas. » Rémi ne contredirait pas ce constat : « pour mon lecteur MP3, je voulais une importante capacité, au moins 1 Go. »
Pour compliquer encore la donne, les produits ne doivent pas être trop chers : ce sont le plus souvent leurs parents qui l’achètent, sous le regard attentif de leurs enfants. D’ailleurs, pour Vincent Navizet, « il ne faut pas leur promettre n’importe quoi, les jeunes se renseignent, via internet, sur les meilleures offres qu’ils peuvent trouver. »